Accueil

Parution décembre 2013 :
livre de C.Touzet aux éditions la Machotte
- Editions la Machotte
- ISBN : 978-2-919411-02-3
- 166 pages
- Prix public : 22,00 € (Acheter)
- Ressources complémentaires

Envoyez vos questions à :
Touzet (at) sciences-cognitives.org

Touzet

Mentions légales

   .   

<<< chapitre précédent

chapitre suivant >>>

II. Les implications de l'absence de libre-arbitre (du livre Hypnose, sommeil, placebo ?", C. Touzet, 2013)


La première partie a été consacrée à montrer comment fonctionne notre cortex en se basant uniquement sur des réactions physico-chimiques. Les comportements de chaque individu dépendent uniquement du schéma de câblage qui relie les neurones les uns aux autres et de la situation vécue actuelle telle qu'elle est perçue par les capteurs. La construction du schéma de câblage (c'est-à-dire la détermination de l'efficacité de chaque synapse) est le résultat déterministe de l'application de la loi de Hebb à chacun des événements vécus par l'individu. Il découle de cela que nous n'avons pas de libre-arbitre : à chaque instant, nos décisions sont uniquement le fruit de la situation actuelle et du passé vécu ! Avant de savoir ce que nous perdons/gagnons ou devons changer avec la mise en évidence de cette illusion, rappelons-nous d'où vient cette notion.

Pourquoi et par qui le libre-arbitre a t-il été inventé ?

L'invention du « libre-arbitre » est attribuée à Saint Augustin (traité De libero arbitrio). A la question : « Dieu n’est-il pas l’auteur du mal ? ». Si le péché est l'œuvre des âmes et que celles-ci sont créées par Dieu, comment Dieu n’en serait-il pas, in fine, l’auteur ? Augustin répond sans équivoque que « Dieu a conféré à sa créature, avec le libre-arbitre, la capacité de mal agir, et par-là même, la responsabilité du péché ».

Cette définition désigne l'Homme comme le responsable de ses actes. Nous devons donc réfléchir à ce qu'engendre l' « absence » de responsabilité (ch. 7 « les criminels sont-ils responsables ? »), et réciproquement ce que cela implique pour ceux aujourd'hui considérés comme irresponsables (ch. 8 « les malades mentaux sont-ils irresponsables). Enfin, une question importante est donc d'évaluer l'influence des médias sur nos vies (ch. 9).


<<< chapitre précédent

chapitre suivant >>>