Accueil

Parution décembre 2013 :
livre de C.Touzet aux éditions la Machotte
- Editions la Machotte
- ISBN : 978-2-919411-02-3
- 166 pages
- Prix public : 22,00 € (Acheter)
- Ressources complémentaires

Envoyez vos questions à :
Touzet (at) sciences-cognitives.org

Touzet

Mentions légales

   .   

<<< chapitre précédent

chapitre suivant >>>

14. Les religions sont-elles des réponses ? (du livre Hypnose, sommeil, placebo ?", C. Touzet, 2013)


Nous sommes une mémoire. Une mémoire a pour fonction d'apprendre et de donner des réponses. Lorsque la réponse n'est pas connue, alors la mémoire ne peut rien fournir. Est-ce pour limiter au maximum ces moments sans réponse que nous avons inventé les religions ?

Qu'est-ce qu'une question « ouverte » ?

Notre cortex enregistre des événements. Si l'événement n'est pas nouveau, une activation corticale entre en phase avec l'activité générée par l'événement – ce qui la stoppe (la trace mnésique liée à ce type d'événements sera renforcée). A l'inverse, s'il est nouveau, alors rien ne peut arrêter la propagation de l'activité induite par la situation nouvelle. Notre cerveau est alors aux prises avec une question ouverte pour laquelle il ne dispose pas de réponse. Ces questions ouvertes sont extrêmement tenaces au sens ou elles sont capables d'activer l'ensemble du cerveau (dans la quête d'une réponse). De fait, les questions ouvertes restent présentes à l'esprit plus que n'importe quelle réponse.

Pourquoi les religions ?

Comme le cerveau est uniquement une mémoire représentative du vécu de l'individu et donc quelque part une image des régularités du monde réel et de la société, l'humanité partage un certain nombre de questions ouvertes, telles que : d'où venons-nous ? Pourquoi faut-il mourir ? Etc. Comme nous l'avons vu au paragraphe précédent, les questions ouvertes induisent une activité neuronale considérable qui peut, à terme, être délétère (stress). Des réponses partielles, non satisfaisantes, mais suffisantes pour permettre de passer à la suite ont été imaginées. Lorsque ces croyances ont été suffisamment élaborées pour constituer un ensemble cohérent alors nous nous trouvons en présence d'une religion.

Intelligence et révélation : même combat ?

Il arrive que l'individu découvre une réponse complète et satisfaisante à beaucoup de ses questions « ouvertes ». A cet instant, l'activation corticale se réduit énormément car des liens viennent d'émerger qui relient chaque chose restée en suspens. Rien ne peut être plus « bas » en termes d'activité corticale : toutes les questions ouvertes ont trouvé une réponse. Cet état sera facilement mémorisé et recherché et on se rappellera souvent de cette révélation – ce qui est interprété comme « avec plaisir » (sinon pourquoi s'en rappelle-t-on ? et pourquoi y revient-on ?). C'est le même mécanisme qui est mis en place lors d'un « trait d'intelligence ». La différence : le trait d'intelligence fait référence à un lien considéré comme vrai par l'entourage. L'individu, reflet de son entourage et de sa société, est donc bien capable (et bien placé) pour savoir s'il vient de faire une découverte due à son « intelligence » ou découvrir la foi ! Lorsque cette découverte a rapport à la religion, on parle de révélation et de Foi (avec un grand F).

Une définition pour « religion » ?

Les religions existent depuis longtemps (des milliers d'années au minimum). Il n'y a pas de définition exacte du terme « religion ». C'est tout à la fois un art de vivre et une recherche de réponses aux questions les plus profondes de l'humanité, mais cela peut aussi être vu comme ce qu'il y a de plus contraire à la raison, voire synonyme de superstition. Comme il est impossible de trouver une définition commune ou un accord des chercheurs dans ce domaine, nous allons spécifier notre propre critère. Ce sera celui de Cicéron1 : « la religion consiste à s'occuper d'une nature supérieure, que l'on appelle divine et à lui rendre un culte ».

Qui est concerné par la religion ?

Le manque d'accord observé entre les chercheurs n'est pas partagé par la population. Les chiffres de 2011 indiquent qu'environ 86% de la population mondiale est « croyante ». Les religions ont donc une importance considérable dans la vie quotidienne d'une majorité de personnes dans le Monde. En France seulement 25% des personnes interrogées s'estiment concernées, mais ce chiffre passe à 98% pour les Indonésiens et à 100% pour les Egyptiens.

L'exemple du Bouddhisme

Avec 400 millions de pratiquants (800 000 en France) et une histoire vieille de plus de 2 600 ans, le Bouddhisme fascine. Plusieurs courants et plusieurs écoles existent, mais nous ne traitons ici que des éléments les plus génériques. Plusieurs fois au cours de ma vie, j'ai tenté de comprendre (un peu) la philosophie bouddhiste – sans aucun succès. Je pensais donc que seules dix années de méditation dans une lamaserie pourraient m'éclairer et je n'étais pas prêt à investir dans ce domaine. Puis récemment, j'ai repris un livre2 publié par le Dalaï-lama et j'ai compris ! La Théorie neuronale de la Cognition est une véritable pierre de Rosette lorsqu'il s'agit de comprendre l' « ignorance initiale », le « carcan du Karma », le « pouvoir de la méditation » ou la « nécessité de la compassion ».

Le Bouddhisme en très bref

Le Bouddhisme propose une vision du Monde pratiquée par nombre de cultures et de sociétés humaines. Celles-ci sont certainement celles qui font le plus cas du bonheur individuel, et avec le plus de succès. Le Bouddhisme affirme que l'esprit peut assurément être amélioré, et que la méditation est un moyen pour réaliser cette transformation. Le but ultime des pratiques bouddhistes relatives au comportement est de devenir maître de son continuum mental, de voir clair (échapper à l'ignorance initiale). La compassion est la racine commune à tous les enseignements bouddhistes, tout comme le principe d'interdépendance. Pour les bouddhistes, le moi – l'ego auto-institué – n'existe pas. C'est une exagération des agrégats que sont le corps et l'esprit.

L'ignorance initiale ?

L'ignorance initiale engendre tous les problèmes qui affectent la vie des hommes. C'est à cause de cette ignorance initiale que les hommes sont le jouet de leurs émotions, de leur environnement. L'ignorance initiale, c'est de croire que les personnes (soi et autrui) et les objets existent par eux-mêmes et que si on les extrait de leur environnement, ils existent encore. En fait, c'est l'environnement (c'est-à-dire nous, les observateurs humains) qui attribuons aux gens et aux objets une individualité et, ce faisant, nous nous leurrons !

Un objet n'est pas beau, utile, solide ou désirable. Ces qualificatifs sont accordés par une communauté, tandis qu'une autre communauté aura des avis différents. Ce que nous trouvons désirable s'accorde avec ce que notre entourage trouve désirable, mais cette qualité varie selon les groupes humains. Nos désirs, nos valeurs – ce qui nous définit – est « groupe dépendant ».

Objet et homme n'ont donc pas l'existence intrinsèque que nous croyons. C'est cette croyance fausse qui est désignée par les Bouddhistes par le terme « ignorance initiale ». Si nous sommes convaincus que nous sommes la cristallisation de nos souvenirs, et que le libre-arbitre n'existe pas, alors objet et personne nous apparaissent sous leurs vrais visages et nous ne sommes plus soumis à l'ignorance initiale. Débarrassés du libre-arbitre, alors les choses que nous identifions n'existent que parce qu'on nous les a montrées et qu'elles font partie d'un consensus local. Des choses aussi importantes que le futur, la propriété privée ou certaines couleurs existent uniquement dans certaines cultures. Ainsi, les Touareg, et les indiens Navajo, n'ont aucun mot pour envisager « demain ». Si j'étais né ailleurs ou à un autre moment, ce que je trouverai beau, important, digne d'intérêt, serait sans doute différent. Comment dès lors accorder trop de prix aux choses ? L'ignorance initiale, c'est de croire que nous avons un libre-arbitre !

Le Karma, un carcan ?

Il est difficile d'échapper à son Karma, à ce que la naissance (génome, milieu socioculturel) laisse deviner pour chacun d'entre nous. Nous pouvons le comprendre car l'entourage va exercer son influence en sélectionnant nos expériences, et nous serons la cristallisation de ces expériences. Pour échapper à son Karma, il faut changer, c'est-à-dire modifier notre comportement. Ceci ne peut être réalisé qu'en modifiant la nature et/ou le nombre de situations qui parviennent à nos sens (par rapport à ce que propose notre environnement normal).

S'améliorer par la méditation ?

La méditation permet de vivre des situations singulières, qui normalement n'arrivent pas ou trop peu souvent. Sachant que nous sommes uniquement la cristallisation de nos expériences, alors la méditation, en proposant des expériences virtuelles qui sont néanmoins prises en compte (et donc structurantes pour notre cerveau), nous change :

  • Si la méditation est de type analytique, alors les réflexions menées autour de l'objet sont en fait des situations impliquant ledit objet. Ces situations en surnombre obligent un nombre plus grand de neurones à représenter l'objet. Plus le nombre de neurones consacrés à un objet est grand, plus il sera facile d'identifier les relations que cet objet entretient avec d'autres. Ces relations impliquant de nombreux neurones émergent plus rapidement en cas de recherche (suite à une question/situation).

  • Si la méditation est de type concentration, alors le sujet vit « virtuellement » des états mentaux correspondant à des moments normalement très rares. Ces états mentaux en surnombre obligent un nombre plus grand de neurones à les représenter. Plus le nombre de neurones consacrés à un état mental est grand, plus il sera facile d'y recourir. Ces états mentaux « renforcés » émergent plus rapidement, à la moindre sollicitation. Par exemple, nous pouvons ainsi avoir plus de compassion à offrir en imaginant des situations où l'on se montre compatissant.

Comment croire en la réincarnation ?

Interdépendance et réincarnation sont des principes communs à toutes les écoles bouddhistes. Ces principes découlent automatiquement d'une vision claire du Monde pour quelqu'un ayant échappé à l'ignorance initiale. Le Monde est continu, les personnes agissent donc les unes sur les autres, et réciproquement. Les hommes sont des cristallisations de leur environnement. Donc, si l'environnement survit à la personne et que quelqu'un (par exemple un bébé) se retrouve à la place laissée vacante, on peut le qualifier de réincarnation, car il va nécessairement ressembler à la personne disparue.

Interdépendance, compassion et libre-arbitre ?

Interdépendance, c'est le fait que nous agissons sur autrui tout autant qu'autrui agit sur nous. Si je fais du mal à quelqu'un, cela créé un sentiment négatif chez lui, qui le rend un peu moins gentil que ce qu'il aurait pu être dans sa relation avec autrui. De mon fait, cette personne agit moins gentiment que normalement avec quelqu'un d'autre, et ainsi de suite. Un jour ou l'autre, quelqu'un ne sera pas aussi gentil que prévu avec moi. Une bonne ou mauvaise action revient toujours à son auteur. Le temps et l'espace ne comptent pas, car la mauvaise action a été ressentie, elle a été mémorisée, elle fait maintenant partie de la vie de celui qui l'a reçue. Il faudrait un miracle3 pour que jamais elle n'ait aucun impact sur son comportement. Il est donc logique et économique de faire le bien autour de soi, car il nous sera rendu. L'attitude non-violente des bouddhistes – la compassion – est donc la seule attitude cohérente avec leur compréhension de l'absence de libre-arbitre !

1De l'invention oratoire, autour de 50 avant J.C.

2Sa Sainteté le Dalaï-Lama, Le sens de la vie : D'où venons-nous ? Comment vivre notre vie ? Les réponses du bouddhisme. Editions J'ai Lu n°4977, 2008, 187 pages.

3Un miracle est quelque chose qui n'arrive pratiquement jamais.


<<< chapitre précédent

chapitre suivant >>>