Accueil

Parution décembre 2013 :
livre de C.Touzet aux éditions la Machotte
- Editions la Machotte
- ISBN : 978-2-919411-02-3
- 166 pages
- Prix public : 22,00 € (Acheter)
- Ressources complémentaires

Envoyez vos questions à :
Touzet (at) sciences-cognitives.org

Touzet

Mentions légales

   .   

<<< chapitre précédent

chapitre suivant >>>

11. L'effet placebo (du livre Hypnose, sommeil, placebo ?", C. Touzet, 2013)


L'effet placebo est une amélioration de l'état de santé du sujet sans cause objective. L'effet placebo est notamment présent lorsque l'on administre un placebo (un médicament sans principe actif) et que l'on compare à une population qui n'a rien reçu, ou qui a reçu le vrai médicament. La question qui se pose alors est d'expliquer comment une « idée », une « intention », une « couleur », peut agir pour modifier des valeurs biologiques objectivables (asthme, bronchite, tension, etc.). Cette question cependant ne se pose que pour les dualistes qui séparent le cerveau de l'esprit. Pour les autres, notamment les spécialistes des neurosciences, la réponse est triviale.

Quelle est la position des spécialistes ?

Les spécialistes considèrent l'effet placebo comme « normal » et affirment qu'il doit être recherché pour augmenter l'efficacité des thérapies qui sont – sans lui – moins (ou pas) efficaces1. Les mécanismes d'action du placebo dépendent du patient : son état actuel physique et psychologique, sa biographie, sa personnalité, ses représentations mentales de la maladie et de la thérapeutique, etc. – bref tout ce que refuse la pharmacologie sensément à la recherche d'une molécule efficace vis-à-vis d'une maladie et indépendamment du sujet.

Quelle est la position du corps médical ?

L'effet placebo est à éviter absolument. Il est déontologiquement interdit de prescrire un placebo en connaissance de cause – ne serait-ce que parce que le médecin n'a pas le droit de « mentir » à son patient, même pour son bien, ce qui est paradoxal !

Une « solution » à ce dilemme a été explorée en 20102, il s'agissait de donner un placebo à des patients, en les informant qu'il s'agissait d'un placebo. Il y eu un effet placebo bénéfique comparativement au groupe de personnes qui n'avaient rien reçu. Je parie que les patients auxquels il a été donné une pilule de sucre n'ont pas cru leur médecin, et ont donc réellement reçu – non pas une pilule de sucre – mais un placebo (quelque chose que l'on pense doué d'un effet thérapeutique).

Quelle est la position de l'industrie pharmaceutique ?

L'effet placebo les gêne beaucoup car la pharmacologie s'est bâtie sur le postulat que le médicament agit sur la pathologie, et que la pathologie existe indépendamment de l'individu. C'est une vision que l'on sait aujourd'hui complètement fausse, mais qui génère des centaines de milliards d'euro chaque année (et je ne compte pas les distributeurs de pilules que sont les pharmaciens, sinon il faudrait multiplier par 3). La validation même d'un médicament s'oppose à l'effet placebo. Il ne pourra être considéré comme efficace que s'il montre des effets (légèrement) supérieurs à un placebo (sur une population). L'intérêt des malades voudrait que l'on ajoute l'effet placebo à l'effet du médicament...

Quelle est la position du grand public ?

Si la position des spécialistes sur l'effet placebo diffère autant de celle des prescripteurs (médecins), et plus encore de celle de l'homme-de-la-rue, c'est parce que des explications claires et facilement compréhensibles manquent encore. Certains argueront que cette situation est normale : la médecine et la thérapeutique sont des sujets complexes, donc de fait inaccessibles au béotien. La Théorie neuronale de la Cognition les contredit avec des explications claires des liens qui régissent le corps et le vécu.

Une question mal posée 

« Comment un placebo améliore l'état de santé ? » n'est pas une question pertinente car nous ne savons pas ce qu'est l'état de bonne santé, ni ce qu'est un placebo ! Préciser ces deux notions nous oblige à répondre à la question : qu'est-ce qu'un être vivant ? La première partie de cet ouvrage (I) a présenté des éléments de réponse. Les explications qui suivent ne sont pas redondantes, car nous mettons en exergue la partie « énergétique ».

De l'ubiquité du réseau nerveux dans le corps

Les neurones sont regroupés dans des structures extraordinairement bien protégées (boite crânienne, colonne vertébrale), mais leurs axones (émission d'information) et leurs dendrites (recueil d'information) sont présents partout. Lorsque ces fibres neuronales sont nombreuses, elles forment des « nerfs ». Il n'y pas un millimètre cube de notre corps qui ne soit pas innervé (par des nerfs). Dans les muscles, les nerfs véhiculent les messages nerveux pour obtenir la contraction, tandis que d'autres nerfs véhiculent les informations proprioceptives informant le système nerveux central sur le niveau de contraction (ou décontraction) du muscle, la vitesse de la contraction, l'accélération de la contraction. Certaines parties du corps – comme les lèvres – sont uniquement réceptives : tous les nerfs qui leurs parviennent sont des nerfs sensitifs. Il n'y a qu'à l'intérieur des os que l'on ne trouve pas de nerf. Si l'on cherche une image de la ramification du système nerveux, alors le système sanguin est un bon candidat. Pas une cellule de notre corps qui ne soit pas en contact avec un vaisseau sanguin : toutes celles qui ne le sont pas, ou plus, sont mortes par manque d'oxygène en quelques minutes.

Quelle implication pour le système sanguin ?

A propos du système sanguin, il est important de noter qu'il permet la réalisation à distance de certaines actions au profit du système nerveux. L'information ne transite plus par les nerfs, mais via des molécules véhiculées par le sang et capables de cibler certaines populations de cellules. Ces molécules sont appelées des hormones et jouent un grand rôle dans la santé comme le confirmeront tous les endocrinologues – dont c'est le fond de commerce.

Quelle implication pour le système immunitaire ?

Le réseau de la circulation sanguine est aussi utilisé par le système immunitaire pour accéder à chaque lieu de notre corps, que ce soit pour débusquer et détruire une bactérie, ou éliminer une cellule cancéreuse. Le système immunitaire consomme environ 15% de notre énergie totale. Etre capable de le « débrancher » de temps à autre, lorsqu'il est non nécessaire, ou que des besoins en énergie plus immédiats sont prioritaires, constitue un avantage adaptatif considérable. On comprend facilement que dans des situations de « stress » (par exemple lorsque l'on doit courir vite pour échapper aux crocs d'un carnivore lancé à nos trousses), il est contre-productif de consommer de l'énergie pour la traque des cellules cancéreuses ou des bactéries. L'interrupteur marche/arrêt du système immunitaire est sous le contrôle du système nerveux central.

Qu'est-ce que l'homéostasie ? Est-ce l'état de « bonne santé » ?

Il y a d'autres apprentissages, moins visibles mais tout aussi importants, comme celui du contrôle des sphincters, ou plus généralement le contrôle du corps (ce qui n'est pas aisé puisque celui-ci change de taille et de poids continuellement). Il est habituel de citer l'homéostasie dès lors que l'on parle de contrôle du corps. Il s'agit d'une régulation autour d'un point fixe, par exemple 37,0°C pour la température corporelle, le niveau de sucre dans le sang ou d'oxygène dissous, la tension artérielle, etc. L'Homéostasie (avec un H majuscule) pourrait même définir l'état de « bonne santé », celui vers lequel nous nous efforçons de revenir pour nous sentir « bien ». Rappelons-nous qu'au chapitre 6, nous avons démontré le caractère illusoire de la notion de plaisir (dans les faits : un attracteur d'états neuronaux construit automatiquement). En conclusion, libre à nous de définir ainsi l'état de bonne santé.

Comment les neurones peuvent-ils mettre en place l'homéostasie ?

La réalité est facile à comprendre et enlève toute notion de dessein intelligent à la construction neuronale. Les neurones modifient leurs synapses par des processus physico-chimiques qui ne sont pas instantanés. La durée nécessaire pour une modification complète de la synapse (suite à une co-activation des deux neurones amont et aval) est de plusieurs minutes. Des durées de cette ampleur ne sont que rarement disponibles. Le plus souvent, d'autres co-activations ou simples activations (sans co-activation) surviennent dans ce laps de temps, qui viennent limiter l'efficacité de l'apprentissage.

Un apprentissage neuronal de type palimpseste

D'après ce constat, plus le neurone reçoit d'informations et moins il a de chance de pouvoir les mémoriser correctement. En fait, les seules informations correctement mémorisées sont celles associées à des périodes de faible activité, c'est-à-dire lorsque les changements mesurés par les capteurs sont très peu nombreux (situation stable). Comme les capteurs mesurent principalement les variations de situation, plus la situation évolue, moins cette évolution sera conservée en mémoire. A l'inverse, une situation « stable » sera bien mémorisée. Elle devient de facto une situation d'équilibre car les activations des divers neurones impliqués tendent à reconstruire cet état (d'activations) « attracteur ».

Les neurones connaissent-ils les valeurs à respecter ?

Certains neurones ont une action sur les mécanismes biologiques influençant le niveau des constantes biologiques que sont la température, le taux de sucre, la tension artérielle, etc. Leurs activations peuvent déplacer ces constantes vers l'état d'équilibre ou au contraire les en écarter. Les activations amenant à l'équilibre sont mémorisées (puisque non suivies trop rapidement par d'autres activations), tandis que celles qui éloignent de l'équilibre ne sont pas bien mémorisées (puisque immanquablement suivies d'autres activations). A terme, il reste donc uniquement des neurones dont le fonctionnement ramène à l'équilibre : c'est l'homéostasie.

Comment se créent les boucles de régulations ?

Les neurones sensoriels (connectés aux capteurs) et les neurones moteurs (connectés aux effecteurs) échangent des connexions, ne serait-ce que parce qu'ils sont voisins dans l'espace physique (puisqu'ils adressent la même zone du corps). Ces connexions, par la simple application de la loi de Hebb, garantissent un fonctionnement (du réseau de neurones ainsi constitué) en boucle de régulation.

En résumé, l'homéostasie, mise en œuvre au travers des boucles de régulation, découle d'un apprentissage de type « palimpseste ». Elle n'est, ni voulue, ni recherchée – mais ne peut pas être évitée.

Quels liens entre boucles de régulation et cortex ?

Les boucles de régulation ne sont pas isolées, mais appartiennent à des réseaux plus vastes, avec des connexions qui remontent et descendent du cortex notamment. Cette implication corticale est importante, car c'est à cet endroit que l'on trouve les réseaux de neurones spécifiques de la cognition3.

Les états attracteurs

Il y a donc des colonnes corticales dont l'activation est liée (plus ou moins fortement) à l'activation des boucles de contrôle. Au sein d'un réseau neuronal, la dynamique d'évolution des activations des neurones tend naturellement vers les états attracteurs mémorisés. Peu importe de connaître quels sont les neurones à l'initiative d'un changement d'activité, ce changement d'activité modifiera l'ensemble des neurones du réseau et tendra vers un état attracteur final – un parmi des dizaines, voire des centaines ou des milliers d'états mémorisés, sauf que c'est celui dont la configuration se rapproche le plus de l'activation des neurones à l'origine du changement.

La terminologie exacte est celle de « mémoire associative » pour l'ensemble des neurones impliqués. Les états attracteurs sont les « états mémorisés », l'activation de quelques neurones crée la « clef », qui fera converger la mémoire vers un état « final », dont la clef est une partie (de l'état final).

Cortex et mémoires associatives

Certaines cartes corticales sont dédiés aux représentations alphabétiques des mots, d'autres aux représentations phonétiques des mots, d'autres aux objets que l'on peut attraper, aux parties du corps, aux animaux, ou à des concepts plus abstraits comme, sans doute, la Paix ou la Justice.

Selon l'âge de l'individu, ces représentations seront plus ou moins développées et complexes. La représentation de la même situation par un enfant ou un adulte est donc dans les faits très différente, car les cartes nécessitent des apprentissages nombreux. Impossible, par exemple, de se faire une idée correcte de la notion de « parent » avant d'y être confronté à son tour.

Comment donner corps aux idées et aux concepts ?

Durant l'enfance, l'association entre une situation et son label est proposée : « c'est un chat », « tu aimes les bonbons », « tu avais soif ». C'est l'occasion d'associer, avec à-propos, une localisation sur la carte des « mots » avec les autres activations issues de la représentation de la situation elle-même. Du fait du fonctionnement de type mémoire associative, cette situation activera à l'avenir ce mot, et réciproquement ce mot activera la représentation associée à cette situation.

La verbalisation automatique, témoin de nos pensées

Suite à cet apprentissage, il est devenu impossible de ne pas verbaliser les situations vécues. En fait, cela va plus loin, toute activation corticale induit l'activation de la carte des « mots » et donc une verbalisation. Cette verbalisation peut impliquer les neurones moteurs liés au larynx et donc nous parlons, ou rester inaudible – auquel cas nous nous parlons intérieurement (nous pensons).

Commet l'effet placebo agit-il ?

Revenons-en à notre propos initial, à savoir l'état de bonne santé. Cet état est donc celui pour lequel les capteurs internes fournissent la réponse minimale. Les contingences physico-chimiques du neurone établissent des boucles de régulation efficaces, ayant des liens avec les représentations corticales de hauts niveaux, ce qui inclue les « mots ». Un mot peut donc avoir un effet sur les valeurs des constantes biologiques. N'est-ce pas ce que l'on appelle l'effet placebo ?

Le cas du « bisou magique »

Dès le plus jeune âge, lorsque le parent pose un bisou sur une griffure que vient de se faire le bébé et que celui-ci arrête de pleurer, nous nous trouvons face à un effet placebo impliquant :

  • la connaissance préalable que la douleur associée à une griffure finit par disparaître,

  • un stimulus extérieur (le bisou),

  • et un peu de suggestion du parent (« voilà, c'est fini grâce au bisou magique ! »).

Explications

La douleur disparaît car il y a libération de dopamine et d'opiacés endogènes dans le cerveau par les neurones du noyau accumbens (appartenant au système de récompense). Cette libération est automatique, mais intervient habituellement après quelques minutes. Pour obtenir une libération immédiate (et donc anticipée), une association mentale (c'est-à-dire neuronale) a été construite entre les neurones du système de récompense et ceux activés par le bisou et les paroles apaisantes du parent. Cette association s'est construite lors d'une précédente griffure, et implique un apprentissage qui généralise la loi de Hebb et que l'on peut résumer ainsi : « les réseaux de neurones actifs dans la même fenêtre temporelle créent et renforcent leur relation ». En grandissant, dans nos civilisations occidentales, le bisou est remplacé par une pilule, et le « voilà, c'est fini ! » du parent par l'avis positif d'un professionnel de santé ayant 7 à 10 ans d'études post-baccalauréat.

Faits scientifiques relatifs à l'effet placebo

Voyons si les faits répertoriés par la science vis-à-vis de l'effet placebo sont conformes à nos explications. Il sera impossible d'être exhaustif, mais essayons de couvrir largement le sujet :

  1. Limitation des effets placebo à certaines pathologies

  2. Impact de la culture et du marketing sur l'effet placebo

  3. Augmentation continue de l'effet placebo dans le monde

  4. Variabilité individuelle de l'efficacité de l'effet placebo

1. Domaines d'efficacité du placebo

D'après nos explications, qui font la part belle aux liens entre cortex et neurones impliqués dans diverses boucles de régulations, les placebos sont inefficaces sur toutes pathologies où le cortex est abîmé. Effectivement, l'effet placebo n'est pas constaté pour les traumatisés crâniens, les cas de démence fronto-temporale, les cas d'accident vasculaire cérébral. Les patients souffrant d'une maladie d'Alzheimer ne sont pas sensibles à l'effet placebo puisque les atteintes de leur mémoire épisodique (leur histoire personnelle / cortex) constituent le premier symptôme de la maladie.

A l'inverse, toute pathologie, n'impliquant pas une altération corticale et ayant une composante psychologique évidente, est éligible. C'est effectivement le cas de la dépression, de l'hyperactivité ou du déficit d'attention, de l'épilepsie, des troubles du sommeil, de l'hypertension artérielle, des troubles de l'érection, de la frigidité, des phobies, de l'addiction au jeu, du mal de tête, de la migraine, de la douleur, de l'asthme, de la nausée, de la maladie de Parkinson4, de la toux.

De même, l'influence du cerveau sur le système immunitaire suggère une certaine efficacité (vérifiée) des placebos dans la lutte contre les allergies, les ulcères d'estomac, l’herpès, le cancer, la maladie de Crohn, la sclérose en plaques. Dans le traitement des ulcères d'estomac, le placebo peut être tout aussi efficace que le médicament, mais – fait remarquable – le placebo limite la rechute (tandis que la prise de médicaments montre un taux de rechute 5 fois plus important).

2. Impact de la culture et du marketing sur l'effet placebo

Dans certaines expériences, les médicaments ont été administrés à l'insu des sujets (ils sont alors moins efficaces), ou avec un avis positif ou négatif du médecin prescripteur (« vous irez mieux » / « ça ne devrait pas être efficace ») ce qui en modifie radicalement l'efficacité. Ceci a poussé certains chercheurs à proposer d'utiliser le terme de « meaning effect » (effet du sens) en lieu et place du « placebo effect », puisque l'effet, c'est-à-dire la variation d'efficacité, est aussi présente en l'absence de tout placebo.

Un tour du monde des variations de l'efficacité des placebos (et des médicaments) témoigne de l'influence de la culture. Ainsi, le même médicament est mesuré comme très efficace contre l'hypertension partout dans le monde – sauf en Allemagne ; tandis que les traitements contre les ulcères gastriques sont très efficaces en Allemagne et en Hollande, mais pas au Brésil.

Un nouveau médicament est perçu et mesuré plus efficace qu'un ancien, qui voit son efficacité baisser au cours des années, surtout si un nouveau concurrent arrive sur le marché.

Le marketing qui entoure le médicament (et de fait le placebo) est un autre facteur important de son efficacité. Nous citons ci-dessous les caractéristiques les plus efficaces en premier :

  • grosse pilule / petite

  • grand nombre de pilules / nombre réduit

  • couleur rouge / bleue (sauf en Italie)

  • piqûre / pilule (bien que cela ne soit pas vrai dans tous les pays)

  • prix élevé / économique

  • nouveauté / ancienneté

3. Augmentation continue de l'effet placebo dans le monde

Les compagnies pharmaceutiques notent un effet placebo de plus en plus important, ce qui rend d'autant plus difficile la mise au point de nouveaux médicaments. Pourquoi ? Parce que leurs campagnes marketing5 sont extrêmement efficaces, et que les consommateurs croient donc de plus en plus à l'efficacité des médicaments (et donc des placebos aussi) ! Comme il faut deux études cliniques prouvant l'efficacité d'un médicament comparativement à un placebo pour obtenir une autorisation de mise sur le marché par la Food and Drugs Administration (FDA, USA), il n'est pas rare aujourd'hui que cinq études cliniques soient nécessaires pour parvenir à en avoir deux qui montrent l'effet souhaité, ou alors il faut expatrier les études dans des pays (Afrique, Asie) moins soumis au matraquage commercial des compagnies pharmaceutiques.

4. Variabilité individuelle de l'efficacité de l'effet placebo

La variabilité de l'efficacité d'un médicament ou d'un placebo dépend donc de la « culture ». Mais cette variabilité est aussi dépendante de l'individu lui-même. L'efficacité d'un placebo varie de 0 à 100% selon les personnes, de même pour les médicaments (par exemple, dans le traitement de la douleur, un placebo est efficace dans 39% des cas, et la morphine dans 36% des cas). Les études n'ont pas montré de liens entre la personnalité du patient et l'effet placebo, ce qui est normal, puisque c'est son histoire personnelle qui est impliquée (et pas sa personnalité).

Les enfants montrent un effet placebo plus grand que les adultes, avec une différence du même ordre que la différence entre une pilule et une piqûre (pour un adulte).

Nouvelle définition de l'effet placebo

L'effet placebo est : « l'amélioration de santé qui est liée à la connaissance – éventuellement inconsciente – qu'à le sujet des moyens de guérison de sa pathologie ». Cette connaissance entre pour 75% dans l'efficacité d'un antidépresseur. L'effet « nocebo » (inverse du placebo) met en jeu une histoire (et donc des connaissances) associée à une dégradation de la situation. Les effets placebo sont réels et efficaces, dépendants de l'histoire individuelle, et ne peuvent être éliminés. Il faut donc travailler et se soigner « avec » eux. Ceci sous-entend qu'il faut fuir les médecins pessimistes et la médecine gratuite ! Le lecteur attentif pourrait être logiquement amené à penser que ce constat explique une large part de l'efficacité de l'allopathie, comme de l'homéopathie (cf. chapitre suivant).

Conclusion

Une idée, une intention, une couleur, découlent tous de l'activation d'un réseau de neurones. De la même manière la tension cardiovasculaire, par exemple, est sous le contrôle d'un réseau de neurones dédié. Si une association a pu se faire entre ces deux réseaux de neurones alors il est normal que l'activation de l'un induise l'activation de l'autre. L'apprentissage hebbien nécessite seulement une congruence temporelle entre l'activation de ces deux réseaux pour établir la connexion et la renforcer. Les « spécialistes » objecteront qu'il y a une grande distance entre les réseaux de neurones impliquant les « idées » et ceux régulant nos constantes biologiques (tension). C'est oublier les connexions « feed-back » (vers l'arrière) et « feed-forward » (vers l'avant) qui propagent sur l'ensemble des structures neuronales les activités issues des états cohérents (stables), que ce soit depuis le cortex (où naissent les idées) ou depuis les noyaux viscéromoteurs (impliqués notamment dans la contrôle de la tension). Il a été montré par de nombreux travaux qu'un placebo induit des activations à tous les niveaux du cerveau.

La logique voudrait que la pharmacologie se saisisse de ces connaissances et nous propose l'utilisation d'un principe actif lors de notre première rencontre avec la maladie, puis pour toute rechute (vis-à-vis de la même maladie), que nous soit – a priori – prescrit un placebo (ce qui éviterait les effets secondaires indésirables)...

1D. Moerman, and A. Harrington. Making space for the placebo effect in pain medicine. Seminars in Pain Medicine, Volume 3, Issue 1, 2005, Elsevier, pp. 2–6.

2TJ Kaptchuk et al. Placebos without deception: a randomized controlled trial in irritable bowel syndrome. PLoS One. 2010 Dec 22 ; 5(12).

3La cognition est l'ensemble des processus et fonctions qui séparent arbitrairement (et faussement) l'homme de l'animal. Il s'agit du langage, des capacités de planification et résolution de problèmes, etc.

4de la Fuente-Fernández R, Stoessl AJ. The placebo effect in Parkinson's disease. Trends in Neurosciences 2002 Jun; 25(6):302-6.

5Depuis 1997, il est légal aux USA de faire de la publicité pour des médicaments.


<<< chapitre précédent

chapitre suivant >>>