Accueil

Parution décembre 2013 :
livre de C.Touzet aux éditions la Machotte
- Editions la Machotte
- ISBN : 978-2-919411-02-3
- 166 pages
- Prix public : 22,00 € (Acheter)
- Ressources complémentaires

Envoyez vos questions à :
Touzet (at) sciences-cognitives.org

Touzet

Mentions légales

   .   

<<< chapitre précédent

chapitre suivant >>>

9. La responsabilité des médias (du livre Hypnose, sommeil, placebo ?", C. Touzet, 2013)


Qu'est ce qui fait d'une chanson, un « tube » ?

Le minimum d'une bonne chanson est d'obtenir l'attention de l'auditoire. Ceci peut être réalisé de plusieurs manières, par exemple :

  1. Mettre dans la même phrase des choses qui normalement s'opposent, mais dont le public comprend l'interaction.

  2. Raconter une histoire pleine de rebondissements, et qui surprend le public.

  3. Jouer avec le public en trouvant des rimes improbables.

  4. Un refrain facile à retenir.

  5. Mixer tout ceci.

1. Si deux choses normalement s'opposent, alors elles sont mutuellement exclusives. Dans la vie courante, c'est soit l'une, soit l'autre – jamais les deux ensemble. Les deux (choses) réunies dans la même phrase constituent donc quelque chose de nouveau – ce qui entraîne l'attention. L'attention disparaît très vite (en se transformant en bruit) s'il s'avère que cette juxtaposition n'a aucun sens. Mais si la concomitance de ces deux éléments dans le contexte défini par la chanson est logique, alors l'effet est extraordinaire. Il y a mémorisation du fait que pour une fois, ces deux choses mutuellement exclusives coexistent. C'est la remise en cause de leur caractère exclusif, dont les effets se feront d'autant plus ressentir que cette remise en cause paraissait impossible. L'effet associé disparaîtra lorsque la coexistence sera actée, pas avant. Cela peut prendre longtemps. Durant tout ce temps, à chaque fois que nous écouterons la chanson, nous le ferons avec attention. Il n'y aura pas d'érosion de son caractère de nouveauté, puisqu'elle restera nouvelle par rapport à nos souvenirs/connaissances.

Un exemple démonstratif : quelques couplets de la chanson « Être une femme » de Michel Sardou.

« …
Femme des années 80 
Mais femme jusqu'au bout des seins 
Ayant réussi l'amalgame 
De l'autorité et du charme 

Femme des années 80 
Moins Colombine qu'Arlequin 
Sachant pianoter sur la gamme 
Qui va du grand sourire aux larmes 

Etre un P.D.G. en bas noir 
Sexy comme autrefois les stars 
Etre un général d'infanterie 
Rouler des patins aux conscrits
 …»

2. Une histoire pleine de rebondissements est une succession d'images/tableaux/événements dont nous saisissons a posteriori la logique. Lorsque nous écoutons une phrase, notre cerveau propose instantanément de continuer celle-ci à partir de notre vécu. Si nous y parvenions, alors l'histoire serait prévisible et il ne se passerait rien de « nouveau » : notre attention serait minimale. Par contre, si à chaque instant le lien qui relie les éléments n'est pas prévisible – mais existe cependant – alors nous restons constamment à la traîne de l'interprète, essayant vainement d'établir le lien (logique) qui lie les événements les uns aux autres. Dès que le lien est établi, alors notre cerveau est en paix (synchronisation des activités entre les événements perçus), sauf que la chanson continue, et qu'un nouvel élément est à relier aux précédents. Une façon de construire aisément une histoire de ce type est d'écrire une histoire avec des transitions logiques entre événements, puis d'enlever les transitions. L'histoire sera beaucoup plus courte et beaucoup plus captivante. L'auditeur fera de lui-même les transitions manquantes si elles sont à sa portée.

Un exemple parmi tant d'autres : la seconde strophe de la chanson « Les lacs du Connemara » de Michel Sardou nécessite pour celui qui l'entend pour la première fois beaucoup d'attention pour reconstruire les liens logiques entre chaque ligne :

« …
Au printemps suivant 
Le ciel irlandais 
Etait en paix 
Maureen a plongé 
Nue dans un lac 
Du Connemara 
Sean Kelly s'est dit 
Je suis catholique 
Maureen aussi 
L'église en granit 
De Limerick 
Maureen a dit oui
… »

3. Lorsque le texte de la chanson rime, nous savons que chaque phrase se terminera avec une syllabe particulière et connue à l'avance. Nous pouvons donc essayer d'après l'histoire en cours de deviner cette rime. Si nous y arrivons, alors nous avons réussi à prédire, et notre intérêt sera faible. Si nous n'y arrivons jamais, mais que la logique de l'histoire reste complète, notre frustration et notre attention seront maximales.

4. Le refrain, lorsqu'il est facile à retenir et à chanter, est une pause pour notre attention. En effet, pendant quelques mots ou phrases, le futur devient prévisible. Le nombre de neurones actifs diminue du fait que les neurones prédits sont effectivement ceux qui correspondent à la situation suivante. La pré-activation découlant de la prédiction est en phase avec la situation. La propagation de l'activité neuronale relative à cette situation s'arrête là. La réduction de l'activité neuronale générale est ressentie comme reposante et agréable.

Qu'est ce qui fait d'un interprète, une « star » ?

Dans le cas de la Chanson, l'interprète est aussi très important. Il doit faire vivre une expérience extra-ordinaire au public durant sa chanson. Ceci est obtenu notamment lorsque l'interprète « vit » lui-même la chanson. Prenons le cas de Michel Sardou, élu meilleur chanteur français des années 80. Ce qui est très intéressant avec un artiste dont la carrière est aussi longue, c'est que l'on peut écouter son interprétation de la même chanson à 10, 20 ou 30 ans d'écart. J'y discerne pour ma part une nette amélioration de sa capacité à vivre ses textes, et j'échange dix interprétations de l'époque de ses 20 ans contre une seule après son 60ème anniversaire !

Lorsque l'interprète vit sa chanson avec compétence, alors son ton de voix, ses expressions et ses gestes sont en phase avec l'histoire que raconte la chanson. Pour le public, l'interprétation renforce le pouvoir d'évocation des mots, de la logique brisée et des rimes improbables. La chanson (l'histoire) attire l'attention et le rôle de l'interprétation est d'augmenter le nombre de neurones impliqués. Ces neurones sont ceux qui sont associés à notre mémoire épisodique (la mémoire des événements de notre vie) par opposition à la mémoire sémantique des faits (culturels).

Conclusion

Une chanson bien écrite et bien interprétée est l'occasion de réunir un maximum de neurones, tant ceux impliqués dans l'analyse des situations, que ceux liés à nos souvenirs personnels. Le refrain est une pause dans cette activation généralisée, elle permet de « récupérer » car les neurones sont vivants et ils se fatiguent lorsqu'ils sont trop souvent actifs (par rapport au niveau d'activité habituel).

Notre plaisir dépend de la disparition de l'activation d'une grande assemblée de neurones. Ceci est obtenu lorsque deux populations de neurones entrent en résonance (synchronisation). Cette résonance existe parce que des choses imprévisibles et de prime abord sans lien sont évoquées – qui finalement font partie d'un même tout. Tout au long de la chanson, il y a création de populations neuronales séparées (« conflit sémantique »), puis synergie et résonance, puis création à nouveau, suivie d'une résonance, etc. Le rythme des oscillations (conflit / résonance) est à mettre en phase avec la musique pour augmenter l'efficacité.

Epidémies de suicide

Dans mon précédent ouvrage sur la TnC, j'ai tenté d'expliquer pourquoi chaque année, en France, 195 000 tentatives de suicide se terminent à l'Hôpital (plus de 10 000 suicides « réussis » chaque année). J'ai défini la notion de buts (de vie) et de non-buts (de vie) – ces derniers étant des choses que l'on veut éviter à tout prix. J'ai démontré comment les « non-buts » faisaient du suicide une solution logique – dans les cas où un non-but était, malgré tous nos efforts, réalisé.

Comment savoir si votre vie est guidée par des non-buts ?

  • Y a-t-il des choses que vous ne voulez absolument pas ?

    Si oui, changez ces non-buts en buts. Il suffit de vouloir l'inverse de ce que vous ne voulez absolument pas.

  • Avez-vous des grandes peurs ?

    Si oui, étudiez-les. Apprivoisez vos peurs en vous préparant à ces situations. En y pensant de manière constructive, le caractère de nouveauté tend à disparaître. De plus, cela vous permettra d'envisager d'autres actions que le suicide pour sortir de cet état malheureux. Bien sûr, il n'est pas agréable de réfléchir à des questions comme les suivantes, mais c'est peut-être le prix à payer pour survivre en cas de malheur :

  • Qu'est-ce que je fais si un de mes enfants décède avant moi ?

  • Qu'est-ce que je fais si je découvre que mon conjoint me trompe ?

  • Qu'est-ce que je fais si l'élu(e) de mon cœur ne répond pas à mon attente ?

Rappelons-nous aussi qu'un grand bonheur – comme un grand malheur – ne dure pas. Le fait de vivre (des heures ou des jours) dans la situation en question rend cette situation normale et donc réduit son caractère heureux ou malheureux. Dans le cas de la prévention du suicide, le temps qui passe va effacer petit à petit le caractère malheureux. Pour laisser sa chance au temps, il faut gagner du temps. Par exemple, décider que l'on ne veut pas mourir avant d'avoir vu/fait/entendu/ressenti ceci ou cela. Si possible quelque chose qui prend du temps (un voyage lointain). Pour ma part, je veux avoir vu Tahiti avant de mourir – mais je me garde bien d'y aller !

Ces précautions peuvent aider à éviter les épidémies de suicide : des suicides qui n'auraient pas eu lieu si le premier n'avait pas eu lieu. Par définition, si le premier ne s'était pas suicidé, les autres n'en auraient pas entendu parler et n'y auraient pas pensé. Plus tôt cette série s'arrête et plus nous sauvons des vies. La responsabilité des média est en cause ! D'ailleurs dans un certain nombre de pays comme les USA ou le Royaume Uni, des directives précises ont été mises au point afin de limiter autant que possible toute épidémie de suicide. Rassurez-vous, la France montre son autonomie en ne copiant que ce qu'elle veut et ne propose donc rien dans ce domaine – par contre pour Mc Donald's, nous sommes le deuxième pays le plus rentable après les États-Unis (le fast-food réalisant le plus grand chiffre d'affaires au monde se trouve sur les Champs-Elysées – cocorico !).

Quelles preuves avons-nous du lien entre médias et épidémies de suicide ?

Ci-dessous un résumé de quelques travaux de recherche :

  • Le taux de suicide augmente significativement après que des suicides soient publiés dans les journaux. L'augmentation est proportionnelle à la couverture médiatique1.

  • Les décès dans les accidents de la route augmentent après que les médias aient rapporté des suicides, ce qui implique qu'un certain nombre d'accidents de la route mortels sont en faits des suicides par imitation2.

  • Les décès par accident de la route, particulièrement ceux n'impliquant qu'un seul véhicule, augmentent significativement 3 jours après qu'un suicide soit rapporté dans la presse écrite. L'augmentation est proportionnelle à la couverture médiatique et l'âge de la victime est positivement corrélé avec celui du fait divers (suicide). Il y a aussi une corrélation positive entre les faits divers de type meurtre/suicide et les accidents de la route impliquant des décès de passagers3.

  • La publication d'histoires de meurtres/suicides est suivie par une augmentation des crashs d'avions (commerciaux et non commerciaux). L'augmentation est proportionnelle à l'intensité de la couverture médiatique4.

  • Le taux de suicide journalier aux USA augmente significativement (pendant une durée inférieure à 10 jours) après que les journaux télévisés du soir aient rapporté des suicides5.

  • Le taux de suicide, d'accidents de la route mortels ou non, augmentent immédiatement après la diffusion de films et séries télévisées impliquant des suicides « fictifs » en 19776.

  • Les homicides aux USA ont augmenté après le championnat de boxe poids lourd, qui fut le plus couvert de tous par les médias7.

  • Entre 1973 et 1979, le taux de suicide des adolescents a augmenté significativement après la diffusion de 38 histoires de suicide à la télévision. Le taux de la couverture médiatique de chaque histoire influence directement le taux de suicide chez les adolescents8.

Conclusion

Si nous pouvons nous faire influencer pour un passage à l'acte aussi radical que le suicide ou le meurtre, alors que penser de nos « choix » en matière de tabagisme, d'alcoolisme, d'addiction aux jeux ou d'endettement. Ce ne sont certainement pas des choix, et donc quand allons-nous exiger des médias (par définition ceux dont le métier est de nous apporter des nouveautés) qu'ils appliquent des règles de bonne conduite ? La télévision vend du temps de cerveau disponible à ses annonceurs, et meuble l'intervalle entre deux publicités par quelque chose qui sort de notre ordinaire et nous fait rester face à notre poste, que ce soit par la violence, le sexe, ou la découverte (documentaire). Le placement de produits dans les films, feuilletons et autres émissions, optimise encore plus la mise à disposition de nos cerveaux aux annonceurs : il n'y a plus de temps « perdu » pour les sociétés de télévision.

Quelle est notre part de responsabilité ?

Nous sommes une mémoire, et de fait nous changeons – puisque nous vivons des choses nouvelles. Ce qui nous plaisait ne nous plaît plus, ce qui nous laissait indifférent nous intéresse, etc. Les buts que nous nous étions fixés – que nous les ayons atteints ou pas – ne nous semblent plus si importants. Ces changements nous inquiètent car nous pensons – avec raison – que notre entourage familial et/ou professionnel n'appréciera pas notre manque de cohérence. Bref, nous avons changé mais nous nous pensons engagés par ce que nous étions hier : les responsabilités que nous avions acceptées, voire recherchées, etc.

Quels sont les risques à assumer notre envie de changement ?

Comme aucune société humaine n'apprécie les « girouettes », et que nous sommes des éléments (sans libre-arbitre) de cette société, nous sommes pris au piège. Nous ne nous autorisons pas la remise en cause de ce que nous étions – bien que nous soyons persuadés que nos ambitions ont évolué. Pourquoi ne pas assumer ce changement ? Qu'avons-nous à y perdre et à y gagner ? Nous risquons de choquer notre famille, perdre quelques amis et mettre notre carrière en péril. C'est un prix honnête : vos goûts et buts vous avaient rapproché de certains membres de la famille en vous éloignant des autres. Le fait que vous avez changé sera attesté par des relations différentes au sein de votre famille. Si ces relations ne changent pas, alors soit vous n'avez pas réellement changé, soit les relations à l'intérieur de votre famille n'incluent pas la personnalité des individus ! Vous perdrez quelques amis et vous vous en ferez des nouveaux, si ce n'est pas le cas, c'est que vos amis ne sont pas suffisamment proches de vous pour savoir que vous avez changé : ce sont de simples relations et vous êtes à plaindre. Si vous avez changé, alors il se peut que votre boulot ne vous plaise plus. Changez-en ou continuez mais en sachant pourquoi : pas par habitude, ni par méconnaissance de vos désirs, juste parce qu'il faut gagner sa croûte afin de pouvoir s'offrir des moments à soi.

Quels sont les risques à ne pas assumer notre envie de changement ?

Si vous refusez de prendre en considération le fait que vous changez alors vous allez stresser, déprimer, perdre votre confiance en vous. Le temps va se mettre à défiler très vite, si vite que 10, 20 ou 30 ans vont disparaître en un clin d’œil. Normal, il n'y aura rien eu pour retenir votre attention, vous faire vibrer. Le stress sera de tous les instants, puisqu'il n'y aura par définition plus d'adéquation entre vos désirs et votre réalité. Avec le stress permanent s'installera la dépression...

Sommes-nous les seuls à avoir besoin de changement ?

Le plus drôle, c'est que comme nous n'avons pas de libre-arbitre, les changements que nous percevons en nous sont dus à notre environnement. Notre entourage est soumis grosso modo au même environnement et donc il est vraisemblable qu'il soit soumis lui aussi aux mêmes forces de changements. Chacun est persuadé qu'il est le seul à avoir changé, et fait des efforts désespérés pour que cela ne se voit pas – alors que nous avons tous changé et plutôt dans la même direction ! Quand avez-vous dit la dernière fois devant une nouveauté, ça s'est super, mais ça ne marchera jamais, c'est bien trop révolutionnaire pour les « gens » et puis cette chose s'est installée en quelques jours, semaines ou mois. C'est le cas de la mode, chaque année nous sommes surpris par la tendance – pourtant tout le monde s'y fait en quelques jours. La mode est créée par des personnes spécialistes des tendances qui « reniflent » ce qui est en train d'émerger chez quelques-uns pour le « revendre » au plus grand nombre qui l'adopte instantanément.

Peut-on éviter de changer ?

Ce besoin de changement est ressenti lorsque vous devenez expert de votre vie, de votre métier. Si vous êtes encore en phase d'apprentissage, que vos buts sont loin d'être atteints, que vous changiez ou non vos buts ne choquera personne puisqu'on ne savait pas bien ce que vous faisiez ou vouliez faire. Le choc pour vous et les autres découle uniquement d'un changement de votre nature alors que tout va bien, que les objectifs sont finalement atteints. Vous ambitionnez de changer alors qu'un observateur extérieur n'y voit aucune raison objective. Changez alors que les objectifs ne sont pas atteints fait croire que ces objectifs n'étaient pas les bons, que vous vous êtes trompés au départ.

Conclusion 

Vous croyez être la seule personne à étouffer, à vouloir changer et à hésiter, alors que tous nous ressentons à certains moments de notre vie le même besoin. Ceux qui refusent d'accepter le changement sont victimes de stress et la dépression nerveuse les guette.

Stress et dépression nerveuse

La TnC explique la dépression et la schizophrénie (entre autres) par une certaine « fatigue » neuronale, qui met des mois à s'installer et des mois à disparaître. Cette échelle de temps (mois) n'est pas compatible avec l'échelle de temps à laquelle fonctionne le neurone (millisecondes). Il est donc impossible que la « fatigue » neuronale à laquelle nous nous référons soit celle du neurone per se, mais elle découle certainement d'un comportement à court terme du neurone (de l'ordre de la seconde), qui génère des effets à long terme (qui se comptent en mois).

Stress et réponse au stress

Comme le dit clairement R. Sapolsky9, qui a longuement (plus de 20 ans) observé des groupes de Babouins, « si vous avez l'intention d'être stressé comme doit l'être n'importe quel mammifère, il est très conseillé de mettre en œuvre la réponse au stress, sinon vous êtes mort. Par contre, si vous êtes stressé de manière chronique par des contraintes psychosociales, comme celles auxquelles est soumis un occidental, alors vos chances de maladies cardiovasculaires et autres causes de mortalité sont augmentées ».

A quoi sert la réponse au stress ?

A court terme, par exemple lorsqu'il faut courir pour éviter de se faire manger, les hormones libérées (par la réponse au stress) sont excellemment adaptées pour faire face à la situation. Il y a mobilisation de l'énergie musculaire, augmentation de la pression artérielle et tout ce qui n'est pas indispensable pour la survie est arrêté (comme la digestion, la croissance ou la reproduction) – tandis que la pensée est plus claire, plus rapide, et que l'apprentissage et la mémorisation sont améliorés.

La réponse au stress peut-elle être incapacitante ?

Dans le cas de situations non létales, comme s'inquiéter de l'argent, ou de son patron, là aussi il y a apparition d'adrénaline et autres hormones associées au stress – mais leurs actions sur le long terme sont dévastatrices pour la santé, notamment le diabète et une pression artérielle élevée. En interrompant de manière chronique la digestion, un certain nombre de désordre gastro-intestinaux peuvent apparaître. Chez les enfants, la sécrétion continue de glucocorticoïdes peut altérer la sécrétion des hormones de croissance et être à la base d'un nanisme psychosocial (aussi appelé nanisme de stress). Les études ont d'ailleurs montré que le stress de longue durée supprime la réponse immunitaire, ce qui rend plus sensible aux infections et aux cancers. Au niveau de la reproduction, le stress de longue durée cause des problèmes d'érection et perturbe le cycle menstruel.

Quelles sont les effets du stress sur les neurones ?

Au niveau des neurones, le stress de longue durée montre des effets délétères et induit éventuellement la mort neuronale. Comment ? Tout simplement parce que les glucocorticoïdes secrétés lors du stress permettent d'augmenter la consommation de sucre au niveau des neurones, ils sont donc plus efficaces – mais ce haut niveau de sucre induit une oxydation de la membrane cellulaire, pouvant aller jusqu'à une lésion létale pour le neurone. Des neurones moins nombreux, et en moins bonne santé, il n'en faut pas plus pour altérer nos capacités cognitives (attention et mémoire) et nous plonger dans la dépression.

La dépression induite par le stress, c'est bon ou mauvais ?

L'exemple typique est celui d'un fauve plongé dans la froide toundra canadienne – la dépression agit en diminuant son envie de disperser son énergie vers un but qui ne peut pas être atteint. Dans le cas d'un gorille dominé par ses congénères, la dépression – par un repli sur soi – le protège du comportement agressif des autres. En conclusion, la dépression est une réponse adaptée à une situation stressante.

1American Sociological Review, 1974 Vol. 39:340-54.

2Science 1977 196:1464-65.

3American Journal of Sociology 1979 Vol. 84 No.5: 1150 -1174.

4Social Forces 1980 Vol. 58 (Jun): 1001-1024.

5American Sociological Review 1982 Vol. 47: 802-809.

6American Journal of Sociology 1982 Vol. 87 No. 6: 1340-1359.

7American Sociological Review 1983 Vol. 48 (Aug): 560-568.

8New England Journal of Medicine 1986, Vol. 315 No.11: 685-9.

9Robert M. Sapolsky. Stress, the Aging Brain, and the Mechanisms of Neuron Death. 429 pp. MIT Press, 1992.


<<< chapitre précédent

chapitre suivant >>>