Accueil

Parution août 2010 :

- Editions la Machotte
- ISBN : 978-2-919411-00-9
- 156 pages
- Prix public : 21,00 € (Acheter)
- Ressources complémentaires

Envoyez vos questions à :
Touzet (at) sciences-cognitives.org

Touzet

Mentions légales

   .   

<<< chapitre précédent

chapitre suivant >>>

18. Raisonner sans logique ? (chapitre 18 du livre Conscience, Intelligence, Libre-Arbitre ?", C. Touzet, 2010)


Comme nous l'avons vu au chapitre sur l'intelligence (§11), comprendre quelque chose, c'est prendre connaissance d'une relation entre éléments jusqu'alors indépendants. Il s'agit de deux informations dont l'activation de l'une (sur une carte auto-organisatrice) n'active pas le neurone codant pour l'autre et réciproquement. Lorsque j'ai compris, et appris, alors l'activation de l'un des neurones active automatiquement l'autre. Une succession d'activations, débutant avec l'information initiale et se terminant avec l'information finale, doit être créée. Ceci ne peut être obtenu que si chacune des actions (mentales) appliquées a pour résultat un neurone et un seul finalement actif (représentant d'une connaissance intermédiaire). Une action dont le résultat aboutit à de nombreux neurones actifs ou aucun, n'a pas d'avenir.

Les actions mentales disponibles ont obligatoirement été vécues. Elles correspondent à des actions classiques de manipulation des informations du Monde, et permettent de savoir si des informations sont : identiques, différentes, semblables, complémentaires, nouvelles. Ces actions proposent aussi de réaliser des opérations spatiales sur les informations telles que rotation ou homothétie (un déplacement qui respecte les proportions), etc.

Actions de comparaison entre deux informations sur une même carte auto-organisatrice (fig. 18.1) :

  • Identique (a) : les activations générées par l'une et l'autre se recouvrent entièrement. La première information est présentée, l'activation correspondant sur la carte devient une hyperpolarisation. La seconde information arrive sur la carte, rien ne se passe (il y a pas d'activation créée).
  • Différente (b) : les activations générées par l'une et l'autre sont différentes. Lorsque la seconde information arrive sur la carte, de nouveaux neurones sont activés (il y a beaucoup d'activations créées).
  • Semblable (c) : les activations générées par l'une et l'autre se recouvrent en grande partie. Lorsque la seconde information arrive sur la carte, certains neurones voisins sont activés (il y a peu d'activations créées).




Figure 18.1 – Comparer 2 informations avec une même carte corticale : (a) : identique, (b) : différente, (c) semblable. La couleur plus ou moins sombre du neurone actif correspond à son niveau d'activation (noir : excité).

Actions de complétude impliquant une carte auto-organisatrice de plus haut niveau (fig. 18.2) :

  • Une information active sur une carte de plus haut niveau les concepts auxquels elle est liée. Les connexions réciproques en provenance de la carte de plus haut niveau activent alors sur la carte initiale les autres informations moins (soustraction) l'information initiale (qui depuis est passée dans un état hyperpolarisé. Ces informations sont les « complémentaires ». Par exemple, si l'activation initiale est homme, alors l'un des concepts liés est humain et les activations résultantes correspondent à femme, enfant, animal, avec un décours temporel dans l'activation (animal sera plus long à s'activer que femme). La carte initiale propose automatiquement les informations complémentaires de la plus proche à la plus éloignée, les unes après les autres.
  • Si ensuite une seconde information est reçue par la carte, et que rien ne se passe, il s'agissait d'une information complémentaire, dont la proximité peut être déduite de l'intervalle de temps qui sépare la présentation des deux informations.




Figure 18.2 – Compléter une information avec une carte corticale de plus haut niveau.

Actions de transformation impliquant une carte auto-organisatrice « motrice » (fig. 18.3) :

  • La carte motrice est celle impliquée dans la réalisation des comportements (cf. §6). L'activation due à la première information est modifiée à partir du retour de la carte des (Situation finale – situation initiale, action).
  • Rotation : Si cette action est une rotation, alors la variation correspondante est appliquée. Situation initiale + (Situation finale – situation initiale) = situation finale après rotation.
  • Homothétie : Il suffit que l'action choisie soit une homothétie, on applique alors la variation de situation associée...




Figure 18.3 – Transformation des informations avec une carte « motrice ». Il s'agit par exemple de voir la situation sous un autre angle, un autre point de vue !

Actions de manipulation impliquant plusieurs cartes auto-organisatrices (fig. 18.4) :

  • Le raisonnement déductif va du général au particulier. Il tire les conséquences d'une loi, d'un principe, d'une règle générale et les applique à un cas particulier.
    Par exemple : Socrate est un homme. Tous les hommes sont mortels. Déduction : Socrate est mortel.
    Comment réaliser un raisonnement déductif avec des cartes auto-organisatrices ? La première phrase rend le neurone « Socrate » actif en même temps que celui codant le concept « homme » (t=1). La seconde phrase rend le neurone « hommes » actif en même temps que celui codant pour le concept « mortel » (t=2). Si les concept d' « homme » (au singulier) et d'« hommes » (au pluriel) sont déjà liés (ce qui est normalement le cas) alors ces 4 activations en parallèle deviennent cohérentes et disparaissent, ce qui valide l'activation réciproque entre les neurones « Socrate » et « mortel » (t=3), et la mémorisation de cette nouvelle information.
  • Le raisonnement inductif va du particulier au général. Il envisage un cas précis pour en tirer les implications à un niveau général.
    Par exemple : Socrate est mortel. Socrate est un homme. Induction : Les hommes sont mortels. Le neurone « Socrate » est actif en même temps que « mortel ». De même pour « Socrate » et « homme ». Les neurones de « homme » et « hommes » sont liés, et donc aussi « hommes » et « mortel ».
  • Le raisonnement causal s'appuie sur les causes d'un fait, d'une situation, d'un phénomène pour en tirer des conséquences.
    Par exemple : Les hommes finissent tous par mourir. Conclusion : les hommes sont mortels.




Figure 18.4 – Les raisonnements déductif (a), inductif (b) et causal (c) mettent en jeu 3 cartes corticales.

Manipulation impliquant une carte auto-organisatrice des « actions » :

  • Le neurone « hommes » et « mourir » sont connectés, de même que « mourir » et « mortel », d'où la liaison de « hommes » avec « mortel ».Le raisonnement analogique établit un rapport inhabituel entre deux domaines et en montre les ressemblances. De ce rapprochement naît une conception nouvelle. Ce type de raisonnement s'appuie sur des images, des comparaisons.
    Par exemple : Socrate est mortel car c'est un homme et que tous les hommes sont mortels. Par analogie, Rex m'aime car c'est un chien et que tous les chiens aiment leur maître.
    L'action qui met en relation les Socrate et les Hommes, est utilisée pour mettre en relation Rex et les Chiens.

Le plus déconcertant dans cette revue des différents modes de raisonnement est que leur réalisation « neuronale » est identique. Une fois posées les informations fournies, et ajoutées les informations appartenant à la connaissance commune, la conclusion est immédiate. Nous en déduisons donc que le raisonnement n'existe pas en tant que processus. Nous devons le voir comme la mise en œuvre d'une mémoire associative accessible par son contenu.

Le modèle de la carte auto-organisatrice a été proposé par T. Kohonen 30 en 1977. Nous avons vu dans ce chapitre qu'une algèbre impliquant ces cartes permet de réaliser toutes les opérations intellectuelles que savent faire les hommes (même s'ils sont allés longtemps à l'école).


Notes de bas de page

30. T. Kohonen, Self-Organization and Associative Memory ; Second Edition, Springer Series in Information Sciences, Vol. 8, Springer Verlag, ISBN 3-540-18314-0, 1987.

<<< chapitre précédent

chapitre suivant >>>