Accueil

Parution août 2010 :

- Editions la Machotte
- ISBN : 978-2-919411-00-9
- 156 pages
- Prix public : 21,00 € (Acheter)
- Ressources complémentaires

Envoyez vos questions à :
Touzet (at) sciences-cognitives.org

Touzet

Mentions légales

   .   

<<< chapitre précédent

chapitre suivant >>>

17. D'où viennent les lois, les tabous, les préjugés ? (chapitre 17 du livre Conscience, Intelligence, Libre-Arbitre ?", C. Touzet, 2010)


Dans notre vie, il y a des choses que nous devons faire et ne pas faire. Selon la proportion de la société qui adhère à l'interdit ou à l'obligation, nous distinguons la loi, le tabou et le préjugé.

Les lois évoluent continuellement, elles sont spécifiques d'une société à un instant. Elles sont la plupart du temps en retard sur le consensus local et ne font qu'entériner des situations de fait. Ce qui était interdit hier devient autorisé, et ce qui était autorisé devient interdit. Passez la frontière et les choses changent. Les lois sont faites par les Hommes afin de garantir la paix sociale. Il s'agit d'assurer la pérennité de la société, en évitant les troubles. Les troubles sont des « discontinuités » au sein de la société qui sont inévitables puisque les Hommes changent.

Hommes et femmes changent parce qu'ils sont des mémoires. Comme ces mémoires apprennent, elles se modifient continuellement. Leurs motivations et leurs comportements dépendent de leurs mémoires (cf. §6), lesquelles cristallisent un environnement en perpétuelle évolution. Certains changements ont lieu plus tôt ou plus vite dans certains milieux sociaux. Selon que les résultats sont des discontinuités de taille réduite (que l'on peut qualifier d'évolutions), ou des discontinuités de taille importante (que l'on peut qualifier de révolutions), la loi s'adaptera aux premières et évoluera pour éviter autant que faire se peut les secondes.

Les lois sont faites par les hommes, par leur cortex en fait. Le législateur, spécialiste des situations de crise, recherche les actions qui permettront de passer de la situation actuelle « socialement instable » à une situation-but « socialement calme ». Son objectif est la « paix sociale ». Si la distance est grande entre la situation actuelle et la situation-but (parce que la loi évolue lentement ou que l'environnement évolue rapidement) alors il faudra passer par des situations intermédiaires. Ce n'est plus un nouvel article de loi qui est promulgué – mais un arsenal de lois.

Les lois n'ont pas de lien direct avec les concepts de Justice ou d'Équité. Elles dépendent de l'expérience de ceux qui les écrivent et les votent. Si leurs vécus étaient différents, les solutions retenues (les lois) seraient différentes. Les lois dépendent aussi de l'évolution de la société. Cette évolution est soumise au hasard. Certaines découvertes engagent la société dans une direction, certains accidents géologiques ou climatiques nous poussent dans une autre direction, etc.

Bref, les lois des Hommes sont destinées à maintenir le statu quo dans une société d'individus doués de mémoire en interaction avec un environnement changeant. Il n'est donc pas surprenant que les lois soient mal faites et qu'il faille souvent revenir à l'Esprit de la Loi, plutôt qu'à la version littérale, pour être efficace.

Les tabous sont des choses que nous ne faisons pas, parce que personne ne les fait. Nous n'en connaissons pas les causes, mais nous les respectons « par habitude ». Certains tabous sont universels – tel que celui de l'inceste, dont nous savons aujourd'hui qu'il permet de réduire les risques liés à la consanguinité (augmentation des maladies génétiques). Certains tabous peuvent être repris par la Loi qui renforce ainsi leurs efficacités (l'inceste est puni par la Loi française).

La différence entre un tabou et un préjugé est limitée au fait qu'un préjugé est personnel et ne représente pas ce que pense la majorité, tandis qu'un tabou est commun à une société, parfois à toutes (exemple : l'inceste).

Peut-on s'affranchir des tabous ? Pour pouvoir le faire, il faut déjà reconnaître qu'il s'agit d'un tabou. Ce n'est pas si facile car si personne ne fait la chose interdite par le tabou, comment savez-vous qu'une telle chose est possible ? Il faudrait avoir de l'imagination, puis se rendre compte que la chose – bien que non dangereuse – est interdite.

Tabou robotique

Une expérience avec un bras de robot couplé à une carte auto-organisatrice peut nous aider à illustrer ce point. L'un des problèmes de la robotique est que le robot atteint une position à partir de mouvements d'articulation (rotations) réalisés par les moteurs (r1, r2, r3), tandis que l'être humain visualise l'espace en coordonnées cartésiennes (x, y et z). Il faut donc transformer les coordonnées cartésiennes fournies par l'opérateur en coordonnées « robot ». Pour la Robotique, ceci implique des calculs complexes (inversions de matrices). La solution de la Biologie est différente. Il suffit d'apprendre (en laissant le bras de robot se déplacer aléatoirement) la correspondance entre les coordonnées (r1, r2, r3) et (x, y, z).

Par exemple, ce qui a été fait 28, c'est d'accrocher une ampoule lumineuse au bout du bras de robot et 3 cellules photovoltaïques sur les murs (fig. 17.1). Selon la position de la lampe, chaque cellule reçoit plus ou moins de lumière. Chaque position dans l'espace ne correspond qu'à une configuration de valeurs (x, y, z). Pour obtenir les coordonnées (r1, r2, r3), on ajoute aux moteurs un capteur d'angle de rotation. A chaque instant, la carte auto-organisatrice est alimentée par les 6 coordonnées (x, y, z, r1, r2, r3) de la position.

Après quelques heures d'apprentissage pendant lesquelles le robot se déplace aléatoirement, il est possible d'obtenir la correspondance entre coordonnées cartésiennes et « robot ». Si maintenant vous prenez l'ampoule en main alors l'extrémité du robot va suivre vos mouvements. Si vous observez la carte auto-organisatrice, vous voyez les trajectoires que fait le robot. S'il y a un obstacle dans l'espace de travail du robot durant l'apprentissage, alors le robot n'a pas pu y aller et la carte auto-organisatrice ne contient aucune donnée correspondant à cette zone (fig. 17.2). Il est absolument impossible au robot lors de ses déplacements de passer par cette zone, même si l'obstacle n'y est plus et même si l'expérimentateur met l'ampoule lumineuse à cet endroit. Cette zone n'existe tout simplement pas pour le robot !

Comment faire quelque chose que personne ne fait ? En tant que mémoire, il est facile de refaire ce qui a été vu, entendu, ressenti – pratiquement impossible d'innover, c'est-à-dire trouver des manques dans la carte codant les situations. En plus, même si vous vous adonnez au tabou, vous le ferez seul car qui d'autre va suivre ?


Figure 17.1 – Les cellules photo-voltaïques mesurent la lumière leur parvenant et donnent une estimation de la position 29 (x, y, z) de la lampe accrochée au bout de la pince du bras de robot. Cette même position est aussi mesurée par les 3 angles des axes du bras (r1, r2, r3). La carte auto-organisatrice mémorise l'association cohérente entre la position cartésienne et la position « robot ». Ensuite, à partir de seulement les coordonnées cartésiennes, la carte fournit les rotations à accomplir par les différents moteurs pour positionner la pince à cet endroit.


Figure 17.2 – Absence de codage pour les obstacles dans l'espace du robot et impossibilité de s'y rendre, même par erreur car aucune action n'y mène. Le robot ne sait faire que ce qu'il a déjà fait.

Certains tabous sont très connus, comme celui de la nudité dans la société française du XXIe siècle. Il a subi durant le siècle précédent quelques assauts, mais se maintient. La nudité étant « tabou », voir une fille dévêtue est rare et donc attirera notre attention. Les publicitaires en usent et en abusent, de même que les cinéastes, les animateurs de télévision et les créateurs de mode. Bref, sous le couvert de provocation, ces gens-là s'assurent que nous voyons bien ce qu'ils ont à nous vendre.

Tous les Français au sortir de l'enfance respectent ce tabou de la nudité. Puis, les années passant, petit à petit, quelques-uns d'entre eux vont constater que ce tabou n'apporte rien, voire qu'il limite leur qualité de vie, et ils vont s'en passer. Nous les retrouverons par exemple sur les plages naturistes, où il sera facile de constater que le gros des bataillons à une solide expérience de la vie derrière lui.

Ce n'est pas un hasard. En effet, comment connaître les avantages et désavantages liés à une chose qu'on ne fait pas ? Il faut du temps pour que nous trouvions dans notre quotidien des opportunités d'essayer (que nous saisirons peut-être), beaucoup de temps ! Ces opportunités sont grosso modo proposées à tous de manière équitable, pourtant peu d'entre nous les saisissent. Seuls ceux qui les voient peuvent le faire, les autres ne sont simplement pas prêts.

A la différence d'un tabou, le préjugé est partagé par une minorité de personnes dans votre société. De fait, il est socialement valorisé de se débarrasser de ses préjugés (et à l'inverse de respecter les tabous). Connaître ses préjugés est facile : votre entourage se fera un plaisir de mettre en évidence tout ce qui n'est pas normal dans votre comportement. Cela peut être la phobie des araignées, le peur de la différence (racisme), ou l'infatuation (lorsque votre ego ne peut pas rentrer dans la même pièce que vous parce qu'il est trop gros). Comment perdre ses préjugés ? Comment les avez-vous eus ? Qui vous les a transmis ? Pourquoi les avez-vous respectés ?

Un préjugé est un jugement trop rapide d'une situation, qui ne laisse même pas le temps d'analyser effectivement la situation. Du coup, aucune réelle nouvelle expérience ne peut avoir lieu, et le préjugé persiste. Il suffit pourtant de vivre quelques situations en rapport avec votre préjugé, pour que votre cerveau emmagasine quelques informations complémentaires qui permettront une véritable analyse lors des prochaines situations.


Notes de bas de page

28. Ans, B., Coiton, Y., Gilhodes, J., and Velay, J. (1994) - A neural network model for temporal sequence learning and motor programming. Neural Networks 7, 1461-1476.
29. En fait, cette estimation est obtenue à partir de 3 grandeurs qui sont des combinaisons des dimensions (x,y), (y, z) et (x,z).

<<< chapitre précédent

chapitre suivant >>>