Accueil

Parution août 2010 :

- Editions la Machotte
- ISBN : 978-2-919411-00-9
- 156 pages
- Prix public : 21,00 € (Acheter)
- Ressources complémentaires

Envoyez vos questions à :
Touzet (at) sciences-cognitives.org

Touzet

Mentions légales

   .   

<<< chapitre précédent

chapitre suivant >>>

12. Qu'est-ce que la joie, la peur ? (chapitre 12 du livre Conscience, Intelligence, Libre-Arbitre ?", C. Touzet, 2010)


Les colonnes corticales sont organisées en carte. Il y a de très nombreuses cartes, chacune extrayant les régularités présentes dans les informations qui lui parviennent. Les neurones voisins d'une même carte représentent des informations voisines. Ces cartes sont de taille finie, ce qui signifie que le nombre de colonnes corticales qui les composent est limité. Il y a donc des bords aux cartes corticales, c'est-à-dire des zones où les colonnes corticales ont moins de voisins, par exemple seulement 2 ou 3 (fig. 12.1).


Figure 12.1 – Les émotions : des effets de bord des représentations corticales... Les neurones qui sont sur les bords d'une carte représentent donc la limite de ce qui a été mémorisé à ce niveau. Une situation « ordinaire » activera un neurone « central » de la carte, une situation « extra‑ordinaire » (c'est-à-dire qui n'est encore jamais arrivée) activera un neurone appartenant au bord de la carte. Ce neurone ne codera pas exactement la situation telle qu'elle se présente, mais ce sera certainement le neurone codant la situation la plus proche de la situation extra-ordinaire (parmi toutes celles mémorisées). Il y aura donc une erreur considérable dans le codage de la situation réelle, ceci ne peut être évité. Avec l'expérience, c'est-à-dire la répétition de la présentation de cette situation extra-ordinaire, des neurones vont se spécialiser dans son codage et l'erreur va se réduire. Il y aura apprentissage au fur et à mesure que cette situation extra-ordinaire cessera de l'être (fig. 12.2).

Figure 12.2 – Une situation nouvelle (1) induit une émotion (a) que la répétition de la situation fera disparaître (b). Du fait que des situations « nouvelles » (2) ont eu lieu, ce qui était nouveau (1) ne l'est plus (il n'est plus isolé) et n'est donc plus associé avec un neurone d'un bord de la carte.

La situation extra-ordinaire excite des neurones sur le bord des cartes auto-organisatrices. Cette situation étant nouvelle, à aucun moment l'excitation neuronale qui lui est associée ne se synchronise avec un « souvenir ». L'excitation neuronale associée parvient donc aux plus hauts niveaux, et de là aux cartes sensori-motrices pilotant les muscles. L'activation initiale étant par définition extra-ordinaire (c'est-à-dire anormale), il en va de même de l'excitation du cortex sensori-moteur.

Si vous observez quelqu'un vivant une telle situation anormale (pour lui), vous constaterez que sa bouche s'ouvre, ses yeux se plissent et son corps est agité de soubresauts. Si vous ne l'entendez pas, il vous sera impossible de dire s'il pleure ou s'il rit. Il pourrait même s'agir d'un rire nerveux, du genre de celui qui vous prend en plein milieu d'une oraison funèbre et qui vous fait souhaiter disparaître dans un trou de souris. Nous en concluons que dans une situation extra-ordinaire, le corps se comporte toujours de la même manière extra-ordinaire.

La différence entre la joie et la peur se fait par rapport au contexte. Un contexte dangereux et c'est la peur. Un contexte rassurant et c'est le rire. Le rire est une composante de l'humour, mais ce dernier résulte d'un processus plus complexe, comme nous le verrons dans le chapitre suivant « Faire de l'humour 100% efficace ? ». Parmi les grandes peurs, il y a la mort. Mais cette peur-là nous pouvons nous en débarrasser1.

Pour éprouver de la joie, il faut donc vivre des situations qui sont hors limites par rapport à celles dont nous avons l'habitude, et il faut être serein. Pour être heureux, il faut une synergie entre la situation vécue et nos attentes (cf. §22).

Les enfants rient beaucoup, les adultes moins et parfois les personnes âgées plus du tout. Ceci s'explique par le fait que :

  1. Les enfants créent leurs cartes et les étendent. Partis de rien, ils sont toujours « hors limite ».
  2. Les adultes ont leurs cartes bien organisées, mais ils s'accordent des moments de vacances pendant lesquels ils font autre chose que ce qu'ils font d'habitude. Ces moments-là sont donc particulièrement propices à l'apparition de situations hors-limites : ils découvrent de nouveaux lieux, entretiennent des relations avec de nouvelles personnes, changent d'habitude.
  3. Les personnes âgées – pas toutes heureusement ! – protègent leur corps en installant des routines 24 et en respectant des habitudes précises. Bien évidemment, il s'agit d'éviter la nouveauté et donc le risque, mais elles y perdent leur autonomie (cf. §19).


Notes de bas de page

24. Prison : L'effet d'une routine omniprésente est d'induire une perte d'autonomie cognitive chez la personne. Dans le cas de la personne âgée, on comprend que la cause est liée à la faiblesse du corps. Les prisonniers expérimentent eux aussi routine et absence de nouveauté. On comprend pourquoi : cela garantit l'étanchéité de la prison. Nous comprenons aussi pourquoi le taux de suicide est si grand en prison (cf. §19) et pourquoi le taux de récidive est si grand (40% pour les crimes sexuels, 70% pour les vols). Durant toute la durée de leur peine, le cerveau des prisonniers n'a guère de nouveautés « à se mettre sous la dent ». N'ayant rien eu à apprendre, il n'a pas évolué. Confronté aux mêmes problèmes à sa sortie de prison qu'avant, l'ex-prisonnier ne trouve comme réponse que celle qui l'a déjà envoyé en prison. J'ai écrit au Garde des Sceaux en lui proposant d'introduire la stimulation cognitive dans les prisons, afin que les cerveaux qui sortent ne soient pas les mêmes que ceux qui y étaient entrés. Son Cabinet m'a informé qu'avant de donner suite, il prenait l'avis du Ministère de la Santé...
Anecdote : La façon dont l'Administration française mesure la récidive est typiquement « gauloise », similaire à celle qui veut que le nuage radioactif de Tchernobyl se soit arrêté à nos frontières. Officiellement, le taux de récidive des cimes sexuels est de 1.4% - sauf qu'il ne tient compte QUE de ceux qui ont été à nouveau condamnés pour crimes sexuels dans les 3 ans ! Les statistiques du Canada et de la Suisse font pour leur part état d'une récidive de 40% - mais comptent sur 15 ans et incluent les délits sexuels non condamnés. La récidive s'arrête t-elle à notre frontières ?

<<< chapitre précédent

chapitre suivant >>>